Categorie
Poesia

Nous deux


otto



Ces mots-là:

“Peut-être que je reviens ou peut-être que je m’en vais”
au passage des nuages bas sur la lune
ainsi que des amants que la hâte emmène,
la houle qui bat sur le sable et après le quitte
en passant sur les traces precedentes.

Deux amants adultes
qui regardent leur amour s’user
comme des spectateurs un peu surpris et fatigués
quand c’est le silence qui dicte ses lois
et on renonce en prenant des chemins different, lentement
grâce à deux versions de la même fin
et beaucoup d’amour reduit à un faux sourire.

Nous reverrons-nous? Nous aimerons-nous encore ?
Seulement pour nous blesser encore, inutilement,
par ces mots-là:

“ Peut-être que je reviens ou peut-être que je m’en vais”
avec cette lune-là, les nuages, la mer, le rien

enfermé dans les poings et serré entre les lèvres.

—-

Fiorenza Dal Corso – Abner Rossi

Martedì 28 settembre 2021

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.