Les cent visages de la femme aimée


 

La femme aimée a beaucoup de prénoms,

elle résume tous les ans que j’ai vécus,

elle prépare ceux d’un ou de plusieurs avenirs

et ses baisers ont bien des saveurs.

Elle a maints âges.

Elle semble une enfant

qui s’amuse encore à jouer,

en meme temps elle est mûre,

elle écrit l’histoire tandis qu’elle la gomme,

elle est nouvelle comme une fleur en bouton,

dans mes souvenirs elle se fane et puis renaît.

Elle est si haute que les ombres que je projette,

ses cheveux sont courts et couleur d’ambre,

elle devient blonde quand le blé est blond

et a une chevelure noire quand la nuit est noire.

Finalement la femme aimée a tant de visages,

des nuances infinies, mille senteurs.

Elle vit dans un gratte-ciel de campagne,

se baigne dans des fleuves coulant en montée,

elle fréquente des grottes où il fait plein jour

elle m’emmène souvent dans un monde différent,

elle est une et plusieurs femmes en rond,

elle raconte des fables et les transforme en vie.

C’ est une seule femme se masquant en plusieurs

et a toujours un baiser collectif à la bouche.

C’est une porte conduisant à une autre porte,

un conte qui se termine

un mot que je ne connais pas encore.

C’ est une femme vraie comme nulle autre

et chacune d’elles a fait de moi un homme.

—-

Les cent visages de la femme aimée è la traduzione

di Fabrizia Dal Corso della Poesia di Abner Rossi,

I cento volti della donna amata”

 

 

  1. No trackbacks yet.

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger cliccano Mi Piace per questo: